Vendredi après-midi, chez un fleuriste coréen. Je le regarde qui emballe les fleurs que j'ai commandées. Le lieu est calme, bercé de musique classique. Tout à coup, il me parle : "Quel âge". Le ton est sec, le verbe haut et j'hésite entre "Quel âge?" et "Quel âge!".

"Pardon ?"

"Toi ! Quel âge !"

Outre l'incongruité du ton et du sujet, je dois admettre que depuis peu, j'adore qu'on me pose la question. Sans prétention, et même avec agacement, j'ai toujours paru plus jeune que mon âge, et quand je me plaignais de la chose (car oui, la chose est pénible), on me répondait immanquablement "Tu verras, un jour tu apprécieras".

J'en suis à cette étape. Par coquetterie donc, je minaude: "Quel âge me donneriez-vous ?...".

"Quarante !"

QUARANTE ?#$%^&!   Pauvre c..$%#

Il a de la chance, je ne parle pas coréen couramment, parce que moi aussi j'en ai soudain des choses à lui dire façon onomatopée.

"Non ! j'ai 36 ans" (vexée, si si - avouons-le)

Il arrète d'emballer les fleurs (et vu son style, à part les fleurs, je vois pas ce qu'il peut emballer d'autre...oui, vexée vous dis-je) et dans un sourire : "Ah. Pardon. Jolie. Moi 40 aussi".

"OUAIS BEN MOI 36 !"