La réalité qui dépasse la fiction, ou l’inverse, on ne sait plus trop avec ce projet scientifique d’origine russe « Avatar 2045 », créé l’an passé par Dmitry Itskov, un jeune milliardaire, magna de la presse russe et avec qui on peut même devenir ami FB, en collaboration avec quelques scientifiques russes. Contrairement à un jeune, beau et riche Américain qui fait dans les 50 variations de gris, Dmitry Itskov lui est assez monochrome : il vise  l’Immortalité Cybernétique pour 2045. Rien de moins. Car, dit-il,  “This project is leading down the road to immortality. Nobody wants to die.”. Ah bon.

L’immortalité dans 33 ans. On ne nous aurait pas déjà fait le coup, il y a 2012 ans ?

Basée sur une nouvelle vision de l’humanité, la définition du projet est claire : développer une évolution radicale de l’humanité grâce aux technologies cybernétiques et établir une nouvelle culture associée. Ils ont même créé leur propre parti politique transhumaniste,  Evolution 2045, le parti du « Progrès Intellectuel, Technique et Spirituel », pour le moment uniquement russe mais avec des visées internationale et globale, tel que stipulé dans leur manifeste. Ils envisagent de consulter les chefs spirituels de toutes les religions et ont déjà obtenu le soutien du Dalaï-Lama

 

Stairway to Heaven the Cloud

Dmitry Itskov a écrit aux 1226 milliardaires de la liste Forbes  leur demandant d’aider au financement des recherches, voire d’être les premiers bénéficiaires du fruit de ces travaux. L’idée, grand sujet de la littérature SF qui a inspiré entre autre des films comme Avatar  ou encore Surrogates ,  est de transplanter un cerveau humain dans un corps robotisé. Le tout en 4 étapes :

milestones_en                    

  • 2015 : prototype d’un corps humain robotisé contrôlé à distance via une BCI (Brain-Computer Interface)
  • 2025 : transplantation d’un cerveau humain d’une personne en fin de vie dans un avatar
  • 2035 : un avatar avec cerveau artificiel dans lequel on transplante une copie cybernétique de la personnalité d’un humain
  • 2045 : L’objectif ultime, à savoir la mise au point d’un avatar-hologramme intégral qui serait une copie « parfaite » de l’être humain d’origine, sous forme d’un hologramme intelligent qui pourrait traverser les murs, se déplacer à une vitesse phénoménale. L’Avatar-as-a-Service in the cloud, en quelque sorte.

 

L’immortalité, c’est pas déjà une appli FaceBook ?

L’idée d’avatar et de numérisation de la conscience n’est  pas neuve, elle pullule dans la littérature de science-fiction. La série Caprica , qui trace les débuts de la série Battlestar Gallactica, en a même fait son scénario de base : dans un monde où les gens vivent à la fois dans le réel et dans le virtuel, l’héroïne a développé un programme qui, en collectant toutes les traces numériques laissées par une personne sur le réseau, est capable de définir exactement sa personnalité et de la télécharger dans un robot.

Comme s'interroge Richard Grandmorin dans son billet, si on conserve notre activité Facebook, les blagues qu’on y a postées, les états d’âme qu’on y a affichés, etc... pendant des années, sera-t-on capable de nous profiler exactement ? (et là, tu repenses à toutes les conneries que tu as postées et tu trembles)

soul

 

Pourquoi 2045 ? C’est singulier.

2045, à cause justement de la Singularité, un concept en robotique qui définit le moment où les changements technologiques deviendront si rapides et profonds qu’ils représenteront une rupture dans la construction de l’histoire de l’humanité. A ce moment là, notre technologie avancera à une vitesse largement supérieure, car nous confierons cela aux intelligences artificielles. Bref, à ce moment là, les machines seront capables de « survivre » sans l’humain et pourront s’auto-réparer.

Raymond Kurzweil, auteur de science-fiction sur l’intelligence artificielle, inventeur de nombreuses technos (entre autre de l’OCR (optical character recognition), de la reconnaissance vocale, du piano électrique, etc...) et connu pour ses adhésions aux théories futuristes et transhumanistes, a écrit « The Singularity is Near: When Humans Transcend Biology » en 2005 , dans lequel il prévoit que l’intelligence artificielle devrait atteindre la puissance de notre propre cerveau en 2025. A partir de cet instant, il ne nous restera plus que 20 ans avant d’atteindre la singularité.

78365

Mort ou Immortalité, pouf, pouf

robot-peauLa science-fiction explore depuis des années les nombreuses options,  les enjeux et les variations sur ce fantasme de l’immortalité. Que ferais-je si le temps ne m’était plus compté ? Personnellement, procrastinatrice dans l'âme, l'idée de la Mort dans mon cas agit plutôt comme un émulateur, comme un impératif pour agir, pour ne par remettre. C’est l’Immortalité alors qui devient source d’angoisse et de malaise où remettre à demain devient infini et donne une sorte de vertige temporel.

Aussi, je pense à ces Avatars, ces corps supra sophistiqués, convergence entre le biologique et la robotique, en même temps que je lis des articles sur l’obsolescence (programmée ou non) des machines, sur les besoins énergétiques grandissant qu’on ne pourra pas combler Ad Vitam. Alors je me demande, l’Immortalité, oui, pourquoi pas. Mais pour combien de temps ?

 

Pourquoi attendre 33 ans ? Perso, ça m’a pris 9 mois.

Je regarde mes filles, ces intelligences vives et si réelles. Je les caresse, les embrasse. Les hûme quand je vais les embrasser dans leur sommeil (ne le dites à personne). Je les trouve fascinantes, en tant que « machines humaines ». Par exemple, Alexane a une capacité de régénération cutanée incroyable, quand elle se coupe la plaie disparait en moins de 24h. Quand elles sont malades, elles s’auto-réparent seules, aidées d’un peu plus d’eau et de repos voire de deux-trois médocs. Pas de mise à jour nécessaire au fil du temps, juste un frigo bien rempli durant les périodes de croissance.

A travers elles, dans ce que leur père et moi leur avons transmis, pas seulement de gènes, mais aussi d’éducation et d’enseignement, j’envisage parfaitement ma propre immortalité. Au-delà de Mon simple Moi, mais dans la continuité d’une chaine filiale qui s'étire d’une génération à l’autre, dans laquelle on se dissout mais qui garde trace de nous, j’en suis certaine, et qui a cette capacité naturelle, Darwin l’a statuée, à conserver le meilleur.

Certes, les modèles ne sont pas parfaits (‘tain, j’ai oublié le bouton OFF pour le son !), ils sont perfectibles sûrement (le Temps s’en charge), mais penser faire mieux en moins de 33 ans, là je dis bonne chance !

 

Info ou intox, ce projet ?

Je me suis posé la question, et me la pose encore, et donc n'ai pas la réponse :) N’est-ce pas une nouvelle forme de marketing viral dont Hollywood a le secret, des mois avant la sortie d’un prochain blockbuster, comme ils avaient fait par exemple lors de la sortie du film District 9, en 2009 ? D’ailleurs, justement, tin tin tin ... The Prototype (cf la bande annonce ici) sort en 2013. Hasard ou coïncidence ?

En même temps, le monde scientifique fait grande concurrence à l'industrie du spectacle. En effet, un chercheur en neurobiologie à Harvard, Ken Hayworth, qui veut faire une copie informatisée de son cerveau pour le raccorder à un robot, est tellement convaincu que d’ici le siècle prochain  « le transfert d’un cerveau biologique à un système d’exploitation à base de silicium sera aussi commun que la chirurgie oculaire au laser aujourd’hui » est prêt à se suicider afin que son cerveau soit prélevé pendant qu’il est encore jeune pour pouvoir ensuite ressusciter sa conscience dans un ordinateur !

 

Ceci est mon corps (mais peut-être plus pour longtemps)

Bien que fascinée par toutes les recherches sur l’Intelligence Artificielle,  que j'essaye de suivre de loin en loin,  je ne parviens pas à comprendre cette idée d'abandon de notre enveloppe corporelle. Certes, le projet 2045 est prometteur pour les personnes devenues handicapées (comme dans Avatar...) et la possibilité qu'elles ont un peu déjà, mais beaucoup mieux plus tar, d'avoir accès à des prothèses évoluées.

Mais en attendant, vu ce qui existe pour le moment coté Corps Virtuel (c'est à dire rien), je ne serais pas prête à quitter le mien, qui sait quand même me faire apprécier un bon repas, sentir un délicieux parfum, apprécier la chaleur des bras de Mon Mec, biiiiiiip ....

J’en conclus que décidemment, pour une Narcissique Procrastinatrice, la Mort, dans ce qu’elle a de simple, de connu et naturel, reste pour le moment l’unique option souhaitable.

Robot-meme

 

Humanity Transfert – Wait ‘til the upload is complete.