fa_avenir

Hier soir, Mon Mec : "CL, j'ai lu un article intéressant sur une femme qui a changé ses habitudes et se lève maintenant tous les jours à 5h30. Elle y explique que grâce à ça, elle a dégagé du temps pour méditer, se relaxer et surtout pour écrire. J'ai pensé que ça pourrait t'intéresser".

Ah... L’éternelle idée du pouvoir indéniable de l'horloge biologique des lève-tôt face à celle des couche-tard. Ça a même un nom, j'ai appris ça en lisant l’article, le Miracle Morning, rien de moins ! La couche-tard que je suis connais bien tous les arguments, résumés en un dicton à la con « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ». Je serais, parait-il, plus heureuse, plus productive, plus sportive si je daignais renoncer à mes heures nocturnes et les remplacer par leur homologues matinales. Et ce malgré d’autres études sur les structures cérébrales, les prédispositions génétiques et leur influence que les rythmes circadiens.

Les oiseaux de nuit seraient certes plus enclins à la dépression, aux addictions - alcoolisme, tabagisme, etc…- que les matinaux alors que d’autres études montreraient aussi que ces derniers en se levant tôt ne feraient que consacrer plus de temps à leur médiocrité tandis que les oiseaux de nuit posséderaient une intelligente supérieure, en plus d’avoir une réussite financière et professionnelle supérieures. Et toc !

Toujours est-il que, face à l'enthousiasme de Mon Mec, je me décide à passer outre ces querelles d'horloge de clocher et, même si certaine tentative s’était déjà avérée infructueuse, de ré-itérer l'expérience. J'ajoute une nouvelle alarme sur mon iPhone, à 5h30 du mat' donc.

5h30 ce matin. Le réveil sonne. Bien trop tôt, je l’admets mais je ne me plains pas et j'assume-tu-l-as-voulu-ma-fille. J'entends Mon Mec au sommeil si délicat, que la sonnerie a perturbé et qui s'agite. Le grognement incertain qu’il émet, loin de tout langage intelligible,  exprime pourtant parfaitement bien sa pensée :  « ‘TAIN ! NAN MAIS ELLE L'A FAIT ? SÉRIEUX, ON PEUT PLUS RIEN LUI DIRE, SHE IS SOOOOO LITTERAL !! » (je pratique Mon Mec depuis de nombreuses nuits maintenant et je sais tout de son Night Language). La parole ne lui est pas revenue qu’il se rendort déjà mais j'aurai droit plus tard dans la journée à ses récriminations au sujet de mon réveil matinal qui lui aura, je cite, « pourri la nuit ». Pour l’heure, forte de mes bonnes résolutions de la veille et rassurée sur le fait que c’est son idée après tout, je fais fi de la crisette de Mon Mec et me concentre à me lever.

5h30 donc - J'évite la réjouissante pensée sooo couche-tard qu'il soit si tôt et qu’il me reste encore une bonne heure et demi pour me rendormir et prolonger la nuit (ah ! le plaisir voluptueux de replonger dans le sommeil....) et mets un terme définitif à la sonnerie sans snoozer (premier exploit) et m’extrais du lit, sans trop de peine et avec moins de volupté, certes,  que si j'y étais restée mais avec toute la motivation propre aux bonnes résolutions,  toute pleine de l'espoir des 'tain de promesses de l'aube (second exploit).

La maison est calme. Les grognements de l'homme se sont perdus dans son roulage de couette furibard. La lumière du petit matin illumine doucement la chambre d'Héloïse qui, comme sa mère (si elle dormait seule…), dort tout volet ouvert tandis que celle d'Alexane est plongée dans la noirceur complète. Mon petit monde est là, qui dort de façon bienheureuse et j'évolue en maitresse incontestée des lieux et en silence, tel un fantôme.

Direction la cuisine pour l’incontournable thé sans lequel, quelle que soit l’heure du lever, une journée ne peut commencer. Puis j'enchaîne avec une facilité déconcertante toutes les activités de l’article que Mon Mec m'a décrites hier : j'écris, je m'étire, je lis et j'arrive même à caser quelques mouvements de yoga. Rien à redire, je confirme, c'est bien quand même d'être une lève-tôt.

Idéalement, lors de la séquence de méditation, j’avoue que j’aurais bien apprécié que mon esprit de couchard-tard récalcitrant TA GUEULE LA CHOUETTE évite de me rappeler que tout ça, c'est très sympa, mais que je pourrais le faire tout aussi bien le soir, même boire du thé, car ça n'a jamais eu aucune incidence sur mon sommeil. Mais je tente de faire preuve d’indulgence avec moi-même et avec mon esprit, et me montre absolument ravie d'avoir réussi haut la main mon premier matin de lève-tôt.

7h - Je n’ai pas annulé ce réveil sur mon iPhone, et donc celui-ci sonne à nouveau.

Je me réveille en sursaut. Dans mon lit. Le temps de mettre un peu d’ordre dans mon esprit décidemment bien sollicité ce matin, je réalise en fait que je n'ai ni bu mon thé, ni fait du yoga, ni rien écrit, ni méditer, ni RIEN DE RIEN. Sinon en rêves !

La seule chose qui demeure vraie, c'est Mon Mec, à coté, qui râle vaguement "J'ai rêvé ou ton réveil a sonné à 5h30 ?! Et tu t'es même pas levée en plus, non ?". Alors je lui raconte que non, certes, je ne me suis pas levée mais que quand même, ça fait 1h30 que je le rêve . Et que "d'ailleurs, merci mon amour pour le conseil, ça a vraiment l'air sympa de se lever tôt !".

Et, Mon Mec, toujours magnanime et positif malgré une nuit "carrément pourrie, chui naze" (dixit), de me répondre : "Non mais c'est bien, CL. C'est important aussi, la visualisation".

Bref, j'ai voulu me lever je me suis levée de bonne heure.