Hier, 14h, dans la petite échoppe d'un cordonnier que je ne connais pas. Il m'accueille, jovial, souriant et me demande :

- Que puis-je faire pour vous ?

Je lui montre les talons d'une paire de chaussures à réparer :

- Pourrez-vous les réparer ?

- Pas de problème, vous les voulez pour quand ? Aujourd'hui ou demain ?

- Ah bien, aujourd'hui ce serait bien, vous fermez à quelle heure ?

- Oh, je vais les réparer maintenant, elles seront prêtes dans 15 mn.

- Super ! J'ai justement quelques courses à faire dans le coin, je reviens d'ici 1/2h c'est bon ?

- Pas de problème.

- Ai-je besoin d'un ticket ? De faire un dépot ?

Haussement d'épaules : - Mais non, inutile voyons.

Finalement, mes courses sont un peu plus longues que prévues, et je reviens près d'une heure plus tard. Le cordonnier m'accueille, jovial, souriant et  me demande :

- Que puis-je faire pour vous ?  (On se croirait dans Matrix  et son fameux  déjà-vu).

Pas vraiment que je m'estime inoubliable mais il me semble que ma simple présence, ici, à nouveau, près d'1h après mon premier passage se justifie d'elle-même. Je réponds malgré tout, incertaine :

- Ben heu ... je viens récupérer mes chaussures.

- Parfait, vous avez le ticket ?

- ...

Bon. On vient de changer de film. Après Matrix, nous voici en plein Némo . Je m'applique donc à lui expliquer la situation et il semble vaguement surpris de la chose. Le mec vient de travailler durant la dernière heure, pendant environ 15 mn, sur ma paire de chaussures et il ne s'en souvient pas ! Il me montre une étagère sur laquelle visiblement il range toutes les paires réparées.

- Vous voyez la votre  ?

- Non....

On regarde partout, près de l'établi, en haut, en bas. Et finissons par découvrir mes chaussures, réparées nickel, au pied de l'artisan. Je peux donc officiellement déclarer que mon cordonnier qui est à coté de mes pompes.

06-09-09_2130